INFORMATIONS PRATIQUES

Nous essayons ici de vous donner les informations qui vous seront utiles, que ce soit avant de partir ou une fois sur place.
Si vous avez des questions auxquelles vous ne trouvez pas de réponse sur ces pages, n'hésitez pas à nous contacter, ce sera avec plaisir que nous partagerons notre expérience.

CULTURE ET RELIGION

Carte Lombok et Sud Lombok

Lombok est une Ăźle volcanique d'IndonĂ©sie, situĂ©e entre les Ăźles de Bali et de Sumbawa. Elle fait partie des petites Ăźles de la Sonde. Sa superficie est de 5 435 kmÂČ.

 

Population : 3 200 000 Habitants en 2010

Point culminant : Mont Rinjani ( 3 726 m)

Map kuta et alentours A4 update 25 july 2015
8,7 Mo
map_kuta_et_alentours_A4_update_25_july_2015.pdf
Map kuta Complet mars 2015
1,7 Mo
Map_kuta_Complet_mars_2015.pdf
Carte lombok 2
2,3 Mo
carte_lombok_2.jpg

Kuta Lombok

Lombok

Autour de Kuta

80% des habitants de Lombok appartiennent au groupe ethnique des Sasak.
La langue sasak appartient au groupe dit « bali-sasak » de la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes.

Le reste de la population est formée de Balinais, Javanais, Chinois et Arabes.

En Indonésie, les 2 millions de personnes qui se considÚrent Sasak ont l'image de musulmans dévots.
Toutefois, dans la région de Bayan, une minorité de Sasak pratique encore une forme hétérodoxe
d'islam appelée Wetu Telu. Cette expression signifie « trois temps », sous-entendue de priÚre, c'est-à-dire

l'observance de seulement trois des cinq priĂšres quotidiennes de l'islam.
Le wetu telu est un syncrĂ©tisme dans lequel se mĂȘlent Ă  l'islam des croyances et rites antĂ©rieurs Ă  l'islam,
panthéistes aussi bien qu'hindouistes. Enfin, on compte plusieurs milliers de Sasak Boda païens.
Jusqu'Ă  la fin du XIXe siĂšcle, le syncrĂ©tisme religieux domine Ă  Lombok. À cette Ă©poque, une version plus stricte

de l'islam se diffuse, d'abord au sein de la noblesse, puis vers d'autres classes sociales.
L'islam devient rapidement pour les Sasak un marqueur d'identité, d'abord vis-à-vis des Balinais qui les dominent, puis par rapport aux
Néerlandais qui ont conquis Lombok. Néanmoins, au milieu des années 1960, le syncrétisme est toujours vivant. Le changement viendra à la suite des massacres de 1965-66 qui marquent la prise de pouvoir par le général Soeharto.

En fait, de nombreux aspects de la culture sasak n'ont rien de musulman mais appartiennent à un fonds commun aux différents groupes ethniques indonésiens.

Par exemple, les Sasak tiennent une cĂ©rĂ©monie, le Lebaran Topat, pendant la semaine qui suit la fĂȘte de fin du mois de ramadan, l'Idul Fitri (AĂŻd el-Fitr),

dont le nom traditionnel indonésien est Lebaran. Ce rituel consiste à se rendre sur les tombes des proches,

verser de l'eau, jeter des fleurs et déposer des feuilles de bétel et de la chaux en poudre.
Il est censé apporter santé et chance.

L'autonomie régionale en Indonésie se traduit, à Lombok, par une volonté des autorités locales de promouvoir la
culture sasak. Les autorités s'efforcent ainsi de promouvoir des traditions comme la musique de gendang beleq
(« grand tambour »), les combats de canne ou la poésie traditionnelle.
Des siÚcles de domination balinaise à Lombok ont laissé leur marque, ne serait-ce que par la présence
d'une forte minorité balinaise mais aussi des temples et autres lieux de culte balinais.

UN PEU D'HISTOIRE

 

Le Nagarakertagama, poĂšme Ă©pique Ă©crit en 1365 sous le rĂšgne (1350-1389) du roi Hayam Wuruk de Majapahit dans l'est de Java, cite Lombok parmi

les « contrées tributaires » de ce royaume. Selon des légendes locales, deux des plus vieux villages de Lombok, Bayan et Sembalun, auraient été
fondés par un prince de Majapahit. Les références à une origine Majapahit sont courantes à Lombok et dans l'ßle voisine de Bali.

On trouve des éléments javanais dans la langue sasak de Lombok.
L'islam ne semble pas apparaßtre à Lombok avant la premiÚre moitié du XVIe siÚcle. La tradition dit qu'un certain Sunan Prapen, fils du Susuhunan Ratu de Giri,

est le premier Ă  propager la nouvelle foi.
Un manuscrit sur feuille de palmier lontar, le Babad Lombok (Chronique de Lombok), raconte que Sunan Prapen est envoyé par son pÚre pour une expédition militaire à Lombok et Sumbawa pour y convertir la population.
Un autre manuscrit sur lontar, le Petung Bayan, raconte que le premier Ă  se convertir est le roi de Bayan. On ne peut toutefois considĂ©rer ces deux manuscrits comme des sources historiques fiables. Il semble en tout cas que dĂšs le dĂ©but, la nouvelle religion acquiert un caractĂšre syncrĂ©tique, mĂȘlant les Ă©lĂ©ments animistes, hindou-bouddhiques et islamiques.
Dans les annĂ©es 1630, le Dewa Agung (roi) de Gelgel de Bali mĂšne des campagnes de conquĂȘte Ă  Lombok et Sumbawa, oĂč il se heurte Ă  l'expansion du sultanat de Gowa du sud de Sulawesi.
À la fin du XVIIe siĂšcle, des soldats Bugis et Makassar, fuyant l'autoritarisme de leur souverain, Ă©cument les mers de l'archipel et sĂ©vissent notamment Ă  Lombok.
Les
Néerlandais débarquent à Lombok en 1674. Ils s'installent dans la partie orientale de l'ßle, les rois balinais de Karangasem revendiquant la souveraineté sur la partie occidentale.
En 1740, Lombok est fermement sous le contrÎle de Karangasem. Au début du XIXe siÚcle, le rapport s'est inversé et c'est le roi balinais de Lombok

qui est souverain de Karangasem.
Lombok soutient la campagne hollandaise contre Karangasem. Mais les Hollandais voulaient contrĂŽler Lombok.
En 1891, le roi balinais de Lombok lĂšve des troupes parmi ses sujets Sasak musulmans pour mener campagne Ă  Bali.
L'événement déclenche un soulÚvement, dirigé par un maßtre religieux.
Les
Néerlandais en font un prétexte d'intervention, et débarquent à Lombok en 1894.
Une premiÚre expédition est mise en déroute par les troupes balinaises.
Mais les
Néerlandaiss finissent par conquérir la capitale.
La prise d'assaut du dernier bastion des Balinais poussent ceux-ci Ă  commettre le puputan,

une bataille jusqu'Ă  la mort.
La guerre de Lombok était terminée. Les
Néerlandais ont occupé l'ßle de 1894 à 1942.

Peu d’ecrit pour la region de Kuta Lombok. C’est village de pecheur, ou la population locales
vit de la peche, de la culture, et depuis peu du tourisme.
Kuta Lombok a connu un lent essor touristique jusqu’en 2010. La surpopulation touristique et les problùmes de pollution sur Bali amùnent les touristes
a se tourner de plus en plus vers Lombok.
Ajouter a cela l’ouverture de l’aĂ©roport international en octobre 2011, situĂ©
Ă  25 kilomĂštres, Kuta Lombok prend un nouveau dĂ©part pour un dĂ©veloppement touristique qui devrait la conduire a ĂȘtre l'une des prochaines destinations touristiques mondiales.

INFORMATIONS PRATIQUES

 

VISA :
- Le visa “on arrival” – Valable 30 jours, que l'on obtient lors de l'arrivĂ©e a l’aĂ©roport.

Contrairement a Bali, Lombok ne profite pas de la nouvelle reglementation en terme de Visa (printemps 2015). Il faut donc si vous arrivez depuis l'etranger directement sur Lombok vous acquittez deu visa "on arrival". Il coute 35 USD (environ 33 euros), et il est renouvelable une fois, pour 30 jours.
Pour le moment ce renouvellement se fait sur Mataram, la capitale de Lombok, pour un cout de 250 000 roupiah (21 euros).
Il est possible de faire appel a un agent, qui fera les démarches pour vous. Il faut alors compter 600 000 roupiah (50 euros).
- Le visa touristes 60 jours – La demande doit ĂȘtre faite auprĂšs de l’ambassade IndonĂ©sienne du pays
 
oĂč vous vous trouvez. Il coute 40 USD (soit 32 euros).
Ce visa touriste 60 jours peut ĂȘtre ensuite Ă©tendu sur un visa social (social Budaya).
Il vous faudra juste trouver un sponsor, c’est
Ă  dire un citoyen IndonĂ©sien qui se porte garant pour vous en remplissant un formulaire, et en vous donnant la photocopie de sa carte d’identitĂ©.

BANQUE :
Change : Vous trouverez a la sortie de l'aéroport un bureau de change officiel (un fois sortie de l'aéroport, lorsque l'on commence e prendre la double voie - proche de la Station Service Pertamina). Le taux y est bien meilleur que ce que l'on vous proposera a l'intérieur de l'aéroport.

 Sur Kuta Lombok, un bureau de change, cela peut s'avĂšre pratique pour changer un peu...mais le taux n'est pas de plus interessant.


Distributeur (ATM) : pas de problĂšme pour retirer de l’argent via les distributeurs en IndonĂ©sie.
Il existe sur Kuta Lombok 4 distributeurs.
Vous en trouverez
Ă©galement sur Praya, Mataram et Senggigi.

DOCTEUR :  
Sur Kuta Lombok, un centre médical dans le centre, en direction de Praya.
Mais les compétences des docteurs qui y travaillant sont limitées.

Pour les petits bobos, pas de soucis, mais en cas de problĂšmes plus graves, il est prĂ©fĂ©rable de se rendre sur Mataram,
ou a la sortie de la ville en direction de Senggigi, ou un hîpital international vient d’ouvrir ses portes.


INTERNET :
Plusieurs Internet shop dans le centre, plus quelques cafés, restaurants ou hÎtels dot
Ă©s de Wi-Fi
Les connexions sont un peu lentes, mais reste correct.

POSTE :
A 15 kilomĂštres de Kuta Lombok, a la sortie du village de Sengkol,
un bureau de poste vous permettra d’envoyer lettres et colis vers toutes les destinations.

 

DANGERS ET INCONVÉNIENTS :
Malaria ou Palu : Pas de cas depuis quelques annĂ©es. Comme sur Bali, il n’est plus vraiment conseillĂ© aujourd’hui de prendre un traitement pour voyager

dans cette zone.
Par contre les moustiques restent prĂ©sent, notamment en saison des pluies, et Il est preferable d’utiliser les lotions antimoustiques.

Vous en trouverez dans les petites Ă©choppes du village, a un prix modique et trĂšs efficace.

MĂȘme si ils se font de plus en plus rares, il arrive encore qu’il y est quelques vols le long des routes isolĂ©es pendant la nuit, notamment entre Kuta et le site du Novotel. Donc prudence, et Ă©vitez de rouler seul aprĂšs le coucher du soleil.

Attention Ă©galement lorsque vous louez un scooter. Si il vous arrive de chuter, ou de casser une piĂšce, bien
sĂ»r pas d’assurance. Certains locaux mal attentionnĂ©s vous demanderont des sommes exubĂ©rantes pour les rĂ©parations.
L’astuce consiste a amener le scooter, si possible en compagnie de la personne qui vous a louĂ© le scooter, dans un des petits garages aux alentours

(il y en a une trĂšs bien prĂšs de la mosquĂ©e au bord de la route lorsque l’on quitte Kuta en direction de Praya).
Sinon, et ceci pour tout type de prestations, il est preferable de s’adresser a des professionnels, de vrais loueurs, qui eux ne vous demanderont plus

que le prix des réparations le cas échéant.

SAISONS :
De Mars
Ă  DĂ©cembre – Saison sĂšche
De DĂ©cembre
Ă  FĂ©vrier – Saison des pluies.
MĂȘme si on est alors en saison des pluies, peu de prĂ©cipitations sur le sud Lombok.
Janvier reste le mois le plus arrosé.

NE PARTEZ PAS SANS :
- Passeport en cours de validité (au moins 6 mois)
- Permis de conduire international si vous comptez louer un vehicule sur place, que ce soit un scooter ou un
véhicule.

COMMENT S'Y RENDRE

 

PAR AVION :
Ouvert depuis le 1er octobre 2011, l’aĂ©roport international de Lombok (code LOP), propose des vols quotidiens.
Un aller simple depuis Bali coute entre 300 000 et 400 000 rph (25 et 35 euros) suivant les compagnies.
Vous pourrez voler avec Garuda (www.garuda-indonesia.com), Lion Air (http://www2.lionair.co.id) ou

Merpati (http://www.merpati.co.id/).
Si vous n'arrivez pas a rĂ©server un vol sur ces sites,  nous pouvons le faire pour vous sur simple demande.
Situ
Ă© Ă  25 kilomĂštres de Kuta Lombok, il vous faudra compter 30 minutes pour rejoindre les plages de

Kuta Lombok.
Nous pouvons
Ă©galement vous organiser le transport de l’aĂ©roport jusqu’à Kuta Lombok.

 

Des vols Internationaux sont egalement maintenant possible :

- Singapour - Lombok avec lacompagnie Silk Air - www.silkair.com -

- Kuala Lumpur et Lombok avec la compagnie Air Asia - www.airasia.com -

 

ATTENTION !

Des taxes d’aĂ©roport (en plus de celle d'usage incluent dans le prix des billets d'avion)

sont a payer.

Si vous volez entre Bali et Lombok, prévoyez 40 000 rph - 3,50 euros par personne.

Il en est de mĂȘme entre Lombok et Bali.

Aussi, lors de votre retour dans votre pays d'origine, une taxe d’aĂ©roport de 150 000 rph (13 euros)

par personne est a payer pour quitter le territoire Indonésien.



PAR FERRY depuis Bali :
Il faudra vous rendre jusqu’
Ă  Padang Bay le port de Bali.
Pas d’horaires prĂ©cis pour ces ferrys qui traversent de jour et de nuit.
Il faut compter entre 4 et 6 heures, en fonction de condition de navigation.

Les tarifs sont les suivants :
Piéton : 33 000 rph (2,80 euros)
Scooter : 101 000 rph (8,50 euros)
Voiture : 650 000 rph (55 euros)


Une fois sur Lembar, des transports vous proposeront de vous conduire jusqu’
Ă  votre destination.
Pour Kuta Lombok, compter une heure et demie de route, et 200 000 prh (17 euros)

 


PAR FASTBOAT depuis Bali :
Des départs depuis Sanur, Benoa, ou Padang bay.
Plusieurs compagnies sont présentes sur Bali, proposant des prix variables.
Notamment des packages transport routier et maritime depuis Ubud, Kuta, et bien d autres endroits.
Notre conseil est de prendre des renseignements auprĂšs 2 a 3 agences, afin de comparer les prix.
Ces fastboat vont déposeront un peu plus haut que Senggigi
Ă  Telok Nara.
De l
Ă , compter environ 2 heures de route et 300 000 rph (25 euros) pour rejoindre Kuta Lombok.